Cela fait maintenant un mois que Fiona a fait son adaptation à la crèche et j’avais très envie de vous raconter notre expérience dans un article pour peut-être donner une idée à d’autres mamans de comment ça marche, pour mettre toutes les chances de leur côté pour que cela se passe au mieux même si chaque expérience est différente.

Inscription à la crèche

A Grenoble et dans toutes les grandes villes je pense, il faut s’inscrire plusieurs mois à l’avance pour avoir une place en crèche. Généralement les parents s’inscrivent quand la maman est encore enceinte pour avoir plus de chance d’avoir une place pour la reprise du travail.  Personnellement, étant à mon compte et travaillant depuis chez moi, j’ai eu la chance de pouvoir décider de garder Fiona avec moi à la maison pendant un an

J’ai donc pris contact avec le pole petite enfance de ma ville en février pour demander une place en septembre. J’ai demandé la garde de Fiona 3 jours par semaine, peu importe les jours de le semaine et le nombre d’heures minimum qui est de 9h à 17h donc 8h par jour. A première vue ça me paraissait vraiment long pour des petits mais j’ai compris que c’était parce qu’ils ne veulent pas avoir de parents qui arrivent à toute heure et interrompent les enfants dans leurs activités.

Fiona, un an

A la maison

Avoir Fiona à la maison et continuer mon activité professionnelle a demandé une grande organisation mais je suis fière d’avoir réussi. Cependant, elle a commencé à marcher à 11 mois et ça devenait de plus en plus sportif de travailler et de la surveiller en même temps. Même si j’étais ravie de l’avoir avec moi, ce n’était pas des conditions optimales et l’entrée en crèche tombait bien finalement.

L’angoisse de la séparation

Autour du 8ème mois, bébé peut développer une appréhension à être séparé de sa maman, c’est la fameuse “angoisse de la séparation”. Avant cet age, il  n’a pas vraiment conscience qu’il est une autre personne mais après il comprend que lui et sa mère sont dissociés d’où la peur d’être séparé

Etant toujours avec Fiona, elle n’a jamais vraiment été angoissée par la séparation. Nous l’avons fait garder quelques fois par ses grands-parents qu’elle connait bien et il n’y a pas trop eu de soucis. Mais je savais qu’à un an, elle aurait conscience de cela et j’avais assez peur pour son entrée à la crèche. Je me suis demandé si je n’aurais pas dû la mettre avant mais j’avais du mal à me faire à l’idée de la laisser si petite en collectivité, passer la journée avec d’autres enfants alors qu’elle n’avait pas encore construit son individualité, cela ne me semblait pas optimal. Mais beaucoup de mamans n’ont malheureusement pas le choix… 

L’entrée à la crèche

L’adaptation

Pour familiariser l’enfant avec ce nouvel environnement, il est important de le laisser s’habituer petit à petit et de passer aussi un peu de temps aussi avec lui pour qu’il se sente rassuré. Dans chaque crèche, l’adaptation est une première étape primordiale. Dans notre cas, pour la première semaine (de 3 jours), le premier jour : je restais une heure avec elle puis une heure seule. Le deuxième jour : deux heures toute seule et le troisième jour : trois heures. Si besoin l’adaptation pouvait se poursuivre sur la deuxième semaine, ce que nous avons fait jusqu’à arriver tout doucement aux huit heures par jour.

Le premier jour

Le premier jour nous avons été accueillis par Stéphanie, une auxiliaire de puériculture qui allait être notre référente au sein de la crèche. Elle a nous fait visiter les locaux, nous a expliqué le fonctionnement, le rythme de la journée puis nous nous sommes assis dans une petite salle avec des tapis pour parler de Fiona et faire le point sur ses petites habitudes. Le personnel souhaite vraiment connaître votre bébé pour pouvoir répondre au mieux à ses besoins

Pendant que nous discussions, la porte était entre-ouverte sur la salleles grands (de 17 mois à 3 ans) jouaient. Fiona était hyper curieuse et regardait à travers la fente. Stéphanie a eu alors l’idée de la laisser aller voir d’elle même, si elle le souhaitait, la salle avec les grands et peut-être jouer avec eux. Elle a quand même prévenu le personnel de faire quand même attention à Fiona ;). Celle-ci est directement partie dans l’autre salle, elle a attrapé une petite poussette et s’amusait tout en observant les autres enfants. Ça m’a fait énormément plaisir de la voir comme ça, j’étais rassurée. Je me suis toute suite dit qu’elle allait s’y plaire.

L’heure écoulée, je devais la quitter pour la première fois. J’ai vraiment essayé de ne pas lui montrer mon inquiétude mais les bébés ressentent quand même les choses. J’ai dit aurevoir à Fiona avec un câlin, des bisous, un petit coucou et surtout je lui ai dit que je revenais bientôt. Elle n’a pas eu le temps de réaliser je pense car je me suis très vite éclipsée. Je savais qu’il ne fallait pas trop éterniser les aurevoirs car ça serait aussi dur pour elle et que pour moi.

Je suis rentrée chez moi, j’habite à même pas 10 minutes à pieds. J’ai fait un peu de ménage pour m’occuper l’esprit mais je regarderais l’heure toutes les 5 minutes. J’avais quand même espoir que cela se passe bien vu comme elle avait l’air d’apprécier la première heure. De retour à la crèche, Stéphanie m’a dit que Fiona avait réagi, elle a pleuré mais elle s’est raccrochée à elle, son repère de la première heure et voyant d’autres bébés plus petits qu’elle pleurer, elle leur faisait des caresses pour les consoler, trop mignonne !

Les jours suivants

Le deuxième jour, je suis restée à peine 10 minutes avec Fiona et je l’ai laissée. Elle a hurlé quand je suis partie et malheureusement ils n’ont pas vraiment réussi à la calmer après. Idem le troisième jour…

La deuxième semaine, j’avoue que j’avais vraiment le cœur noué de la laisser. J’ai demandé au personnel de m’appeler si elle pleurait indéfiniment et je pouvais appeler moi si j’étais trop inquiète. A chaque départ, c’était le déchirement. J’arrivais chez moi avec une envie de pleurer et d’aller chercher au plus vite mon bébé. J’ai d’ailleurs posté quelques fois ma tristesse sur les réseaux et vos messages rassurants m’ont fait du bien, merci ♥. Je me sentais vraiment mieux le mercredi et le vendredi quand je gardais ma chipie avec moi. Cette deuxième semaine, Fiona a encore beaucoup pleuré mais ce n’était pas catastrophique selon les puéricultrices. Il y avait quand même des moments où elle jouait et elle mangeait correctement, c’était déjà ça ! 

La troisième semaine, Fiona pleurait mais quand même beaucoup moins. La météo s’est améliorée alors ils ont été joué dehors dans la cour et pour la première fois, ils ont entendu sa petite voix, ses petits cris. Elle se sent vraiment dans son élément en extérieur et joue comme une folle. Par contre dedans, elle a un peu de mal quand il y a beaucoup d’enfants (certains jours, ils sont plus nombreux que d’autres) et elle n’aime pas trop les passages du personnel ou des parents…  

Enfin la quatrième semaine fut vraiment celle où nous avons constaté des améliorations. Pour la première fois, Fiona n’a pas pleuré quand je l’ai laissé, ce fut une grande victoire, un immense soulagement ! Elle ne passe plus la majeure partie de son temps à pleurer, juste quand elle est fatiguée.  Elle s’est habituée au lieu, aux enfants et aux puéricultrices. Elle est même contente quand on arrive dans le hall et que je dépose ses petites affaires dans le casier. Il arrive encore quelques fois où elle pleure quand je pars mais ce ne sont plus des hurlements et elle se calme rapidement.

Bilan

Il aura quand même fallu 3 bonnes semaines pour que Fiona s’acclimate à la crèche. Ça a été difficile pour elle et aussi pour moi. Je suis contente qu’on ait tenu le coup car j’avoue avoir pensé de nombreuses fois à la retirer. Après tout j’ai travaillé avec elle à la maison pendant un an, pourquoi pas le faire un an de plus encore ? Mais je sais que c’est pour notre bien, pour qu’elle ne soit pas toujours collée à moi, qu’elle découvre et s’éveille à d’autres choses et moi, pour avoir enfin du temps pour travailler et du temps pour moi. Ce sera aussi moins difficile pour son entrée à l’école, j’imagine… Dans tous les cas, je pense qu’à la longue elle se serait ennuyée avec moi et à la crèche, ils font de super activités 🙂 !

Comment et à quel age vos enfants ont-ils gardé ? Comment les débuts se sont ils passés ?