Expédition en 48h ouvrées !

Panier

Ce noël particulier…

Cette année 2020, Noël sera un jour étrange. Je sais que ça sera surement le cas pour la majorité des personnes à cause du contexte actuel mais pour moi il devait déjà l’être depuis longtemps. À vrai dire, je le redoute depuis 2 ans maintenant. J’essayais de ne pas trop y penser jusqu’à présent mais il approche vivement et y faire abstraction devient de plus en plus difficile. Écrire ce post est compliqué pour moi mais je me dis que peut-être en posant mes mots ici, cela allègera un peu mon cœur de maman.

La période de Noël

J’ai toujours adoré la période Noël : l’ambiance magique, l’enthousiasme général, la magie, les illuminations et les préparatifs en famille. Dès que décembre arrive, je me suis toujours sentie heureuse et excitée à l’approche du jour J. J’ai toujours fêté Noël avec mes parents et mes frères, le 24 au soir et également le 25. Sauf une seule année où je l’avais fêté dans mon ex-belle-famille quand Fiona avait un an.

J’ai toujours souhaité être dans ma famille car mon père est né le 24 décembre à minuit et c’est mon jour préféré de l’année. On écoute des comptines toute la journée, je prépare sa buche d’anniversaire, on fait des jeux, parfois des courses de dernières minutes. On a toujours été en petit comité mais on a toujours passé de très bons moments ensemble. Petite je préférais évidemment l’ouverture des cadeaux le 25 au matin, mais maintenant que j’ai grandi, c’est plutôt juste le fait d’être en famille, de partager un bon repas et de faire la fête que j’affectionne particulièrement.

Le premier Noël sans ma fille

Photo de l’année dernière

Pour moi Noël cela rime avec famille et dans mon idéal, une famille c’est unie. Quand j’ai décidé de créer ma propre famille et de donner naissance à ma fille, jamais je n’aurais imaginé qu’un jour je passerais des moments aussi importants que Noël sans elle. C’est totalement inconcevable pour moi. Malheureusement une erreur dans ma vie a fait qu’aujourd’hui je dois vivre avec ce poids. C’est très difficile à digérer le fait de devoir partager ma fille surtout dans ce genre de moments alors que ce n’est pas mon choix. Je commence à m’y faire sur les périodes des week-ends, un peu des vacances (sauf pour les grandes) mais alors pour Noël, cela m’achève complètement.

Vous me direz que je n’ai juste pas à accorder autant d’importance à ce jour et de me dire que finalement peu importe la date réelle, je le fêterai avec elle ensuite. Oui c’est ce que j’ai prévu de faire évidemment, mais ce qui est difficile pour moi, c’est de faire le deuil du cocon familial et soudé que j’imaginais pour ma vie. Et justement Noël, ça me renvoie en pleine face ce que j’essaye de digérer, de relativiser depuis deux ans.

Le premier Noël toute seule

En plus du fait que ce sera le premier Noël sans ma fille, ce sera aussi mon premier Noel à passer toute seule. Ma famille sera ensemble en Corse. J’irais moi aussi mais seulement quand j’aurais récupéré ma fille pour y passer ensuite le nouvel an (enfin si on est bien déconfiné…). Du coup pour des raisons financières et pour la fatigue que cela engendre, je ne pouvais pas me permettre de faire deux voyages aller-retour Lyon/Bastia. Je rappelle que je suis quand même dans mon 5ème mois de grossesse 😉

Du côté de mon autre famille, je n’ai pas de chance également cette année. Ma belle-famille habite à plus de 500km au nord et mon chéri travaille sur cette période et n’a pas pu se faire remplacer car il vient tout juste d’arriver à son poste. Il sera quand même là le 24 décembre au soir mais il partira travailler à 6h du matin le 25 décembre. Je serai donc toute seule dans mon appartement à Lyon pendant que toutes les autres familles seront normalement réunies et heureuses d’être ensemble pour partager l’ouverture joyeuse des cadeaux. Il va vraiment falloir que je fasse preuve de courage et que j’arrive à me changer les idées ce jour-là…

Un peu de positif

Il y a quelques temps, je disais que pour moi Noël n’ existerait plus qu’une année sur deux et que je ne ferais absolument rien les années paires. Mais finalement, je me rends compte que je n’ai pas envie de priver ma fille de la magie de Noël car elle n’existe pas seulement le jour J mais tout au long du mois de décembre. Alors j’ai décidé de rendre ce mois joyeux : on a décoré l’appartement, on ouvre nos calendriers de l’avent chaque jour, je lui fais des petits cadeaux, on lit des livres dans le thème, on écoute des comptines, on fait des bricolages, des biscuits etc. De plus, j’ai compris qu’elle ne se rend pas vraiment compte de la date du 24 ou du 25. Pour elle, ce sera d’abord Noël avec Papa puis avec maman. peu importe la date. Ce qui compte c’est qu’elle va vivre deux Noël et c’est quand même super chouette !

Une amie m’a proposé de venir passer le déjeuner du 25 décembre dans sa famille. Cela me touche beaucoup mais je ne pense pas que ce soit raisonnable. D’abord parce que je ne serais pas une bonne compagnie mais aussi à cause du contexte actuel, le fait que je suis enceinte et la limitation recommandée du nombre de personnes conviées. Mais j’ai aussi mon chéri qui m’a proposé de le rejoindre après le travail pour déjeuner avec ses collègues qui sont également en poste ce jour-là, pourquoi pas…

Pas vraiment seule…

Si on y réfléchit je ne serai pas vraiment seule puisque je partage actuellement mon corps avec un petit être en devenir. Cela sera le premier mais aussi le dernier Noël que je passerais vraiment toute seule. Bien sûr, ce sera toujours difficile les années paires quand ma fille ne sera pas là auprès de moi mais d’un autre côté j’aurais une autre petite merveille avec qui partager la magie de ce jour particulier.

Mon rêve de famille heureuse et unie n’est pas perdu, j’ai la chance d’avoir pu rebondir rapidement et d’être aujourd’hui bien entourée. 2021 devrait être une belle année j’en suis sure, notamment avec l’arrivée de notre bébé mais aussi surement un déménagement. Cela va marquer pour moi le début d’une nouvelle vie et il ne tiendra qu’à moi de la rendre la plus belle possible. Notamment en accordant le moins d’importance possible aux petites zones d’ombres et en me concentrant uniquement sur l’amour, la bienveillance et les petits bonheurs quotidiens.

Avez-vous déjà vécu des Noël sans vos enfants ou seul(e) ?

Commentaires

2 commentaires sur “Ce noël particulier…

  1. Charline

    Coucou Romy,
    nous avons déjà beaucoup parlé de ce Noël qui t’inquiète et qui ne ressemblera pas tout à fait à celui des années précédentes. Je le comprends. Cette année, moi aussi je dois tirer un trait sur la présence de mon petit-frère expatrié à Montréal. Premier Noël sans lui depuis 26 ans. Pour des raisons évidentes, nous avons, ensemble, jugé qu’il était plus raisonnable qu’il reste chez lui ce mois de décembre. Ça n’a finalement pas été le drama que j’imaginais. Mais je redoute quand même cette journée du 24 que nous passions, globalement toujours de la même façon : balade, goûter et préparatifs du réveillon.
    Quoiqu’il en soit, il faut se rendre à l’évidence, cette année, Noël n’aura pas la même saveur. Mais je suis d’accord avec toi : cette magie ne se limite pas à un ou deux jours et on peut tout de même se forger de jolis moments tout le mois de décembre. Alors, profitons ! 🙂
    Bisous, à bientôt

    Charline

    Reply
  2. Pingback:Mes expériences vécues pendant cette deuxième grossesse - Maman Comète

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mes
articles